Aller au contenu principal
x
a

Atélier de renforcement des capacités pour les membres de la CECM en matière d’épargne et de crédit

Ce jeudi 25 juin 2020, la CECM, soutenue par « PARFAIR-B » a organisé un atélier pour ses membres dans le but de renforcer leurs connaissances concernant l’épargne et le crédit, principal secteur d’activité de la CECM.

5 associations d’épargne et de crédit dont l’association Mugwiza, Twungubumwe, DTM, la coopérative Mukenyezi Kanura (femme réveille-toi) étaient présentes dans l’atelier pour bénéficier du coaching de la CECM. Durant deux semaines déjà, plus de 1500 personnes ont déjà bénéficié des formations offertes par la CECM. Des experts en coaching étaient présents pour motiver et modérer les séances de formation.

L’apport de la CECM

Selon Madame Marie Louise NSABIYUMVA la Directrice Générale de la CECM, l’objectif  de cette formation est que tout le monde puisse comprendre ce que c’est l’éducation financière, les travaux de la CECM, les crédits qu’elle octroie ainsi que les types de compte qu’on retrouve à la CECM. Toutes les femmes en particulier doivent comprendre la nécessité de placer leur argent dans un compte et ainsi décourager la thésaurisation.

« Nous les aidons aussi dans la gestion de leurs projets comme la culture, l’élevage et le commerce. Nous leur facilitons l’octroi des crédits. Ces gens qui viennent dans ces formations sont beaucoup satisfaits et ça les aide à aller de l’avant. Par exemple nous avons vu des gens qui gardaient leur argent à la maison ou bien dans les caisses et ils nous disaient comment ils se faisaient voler par leurs maris ou leurs fils car ils savaient où ils conservent cet argent. Ou bien une fois l’année terminée ils se partageaient toute la somme et recommençaient à zéro. Mais avec les enseignements qu’ils sont en train de recevoir, nous espérons qu’ils vont etre restaurés car la force ils en ont. » dit Madame la Directrice.

La plus-value de cette formation

Ahishakiye Gentille de l’association Twungubumwe se confie : « On vient de remarquer que dans certaines associations on commettait des erreurs en suppliant quelqu’un pour qu’il puisse recevoir un crédit alors qu’il n’en veut pas et qu’il n’a aucun projet en vue. Mais nous nous pensions que c’est là que nous allions nous développer or au lieu d’utiliser cet argent, il le gaspillait pour rien, et le capital et le bénéfice alors qu’il y a quelqu’un qui en avait besoin à qui on l’a refusé. Dépendamment du fait que nous épargnons peu, et quelqu’un doit attendre plusieurs jours pour que son tour arrive et ainsi il ne réalise le projet qu’il avait préparé et il reçoit peu d’argent alors qu’il a besoin de faire beaucoup de choses dépendamment du fait que nous épargnons peu. »

Le constat de plusieurs participants vient conclure que quand on donne de l’argent à quelqu’un sans projet c’est contribuer à la régression de l’association car la personne-là ne va pas utiliser cet argent en quelque chose d’important. La décision prise par plusieurs est qu’ils devraient donner beaucoup d’argent à celui qui en a besoin et ils ont décidé d’ouvrir des comptes à la CECM pour profiter des bonus qu’elle offre en matière d’intérêt

Notons la participation des femmes à un taux supérieur à 85% dans ces formations. Ces projets de la CECM se font sur presque tout le territoire du pays

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.